1ère partie : France et Espagne

Voici la première partie qui contient les trois premiers jours, avec la descente de la France et de l’Espagne :

* Samedi 26 décembre :

Lever à 06h00, on prévoit de partir au plus vite, mais on se rend compte de nombreux problèmes de dernière minute et on perd plusieurs heures le temps de fixer tout ça. Finalement, on part à 19h00 très en retard, il nous reste juste pile le temps de faire le trajet Brest – Paris – Toulouse.

Derniers préparatifs

Départ

Départ

Arrivée à Paris sans encombre, malgré une surconsommation anormale, il y a des réglages moteur à faire. On récupère les affaires de Didi ainsi que le reste de la trousse à pharmacie, et on se dépêche de prendre la route pour Toulouse.
De nuit la route est assez longue, et finalement juste après Limoges, le verglas fait son apparition. Nous n’avons pas le choix, il faut rouler au pas pendant plusieurs heures, ce qui augmente considérablement notre retard. Je téléphone donc à l’organisation pour leur expliquer le problème, ils nous conseillent de rouler prudemment et ils nous attendront de toute façon. J’en profite pour régler les premières vérifications administratives par téléphone.

Verglas

Verglas

Fatigue

* Dimanche 27 décembre :

Toulouse

Arrivée sur Toulouse donc à 12h30, 5H30 de retard au total (dont 4h de verglas !!) et surtout un gros quota de sommeil à rattraper, on est levés depuis 30h30. Une fois à l’école ESC Toulouse, on contacte Laurent du forum Vrally pour récupérer les jantes supplémentaires avec des pneus tout-terrain. Je laisse Didi gérer avec lui et je vais finir les vérifications avec l’organisation. Je signe les documents qui valident enfin définitivement notre participation à cette troisième édition du Students Challenge. Pendant ce temps, Didi enchaine sur le stickage de la voiture, avec le retard on n’avait toujours pas commencé, comme la plupart des véhicules d’ailleurs. On se baladait donc dans notre zèbre albinos et boitillant. Boitillant, car depuis le départ, le moteur avait un problème de réglage entrainant surconsommation et manque de nervosité. Une fois fini, je fais le tour des autres véhicules on y trouve des voitures basiques sans trop de préparation, mais aussi des véritables monstres de compétition et parmi eux une coccinelle qui ressemble plutôt à une batmobile.

Cox

Voiture

Départ

Guère le temps de faire connaissance, on doit partir vers l’Espagne d’ailleurs certains sont déjà sur la route. On prend le départ les derniers direction Bayonne. Ensuite, on met le cap sur St Sebastian et agacés par ce moteur qui refait des siennes, on s’arrête pour s’en occuper. Au menu, réglage de l’allumage et des vis de richesse. On est rejoint par un équipage au volant d’une 205 verte qui a obtenu une bourse Aïcha comme nous et nous faisons connaissance. Ils nous disent qu’ils attendent leur voiture jumelle, ils sont en effet deux équipages en 205 Rolland Garros. En rejoignant l’autre équipage quelques sorties après St Sebastian, on voit bien que le réglage est un échec, c’est même encore pire avec une voiture qui peine à arriver à 100km/h. Deuxième inspection et on remarque rapidement qu’en repartant, on avait mal rebranché une bougie lors du précédent réglage. On fixe le problème et là c’est le jour et la nuit, le Zèbre est de retour ! On monte maintenant à 135km/h.
Avec les deux équipages, on décide d’aller tester la gastronomie locale, nos estomacs criant vraiment famine. On trouve un petit restaurant dans un village quelques dizaines de kilomètres plus loin sur la route de Burgos et on commande chacun une entrecôte accompagnées de chips.
Alors que les autres veulent chercher un endroit pour la nuit où planter leur tente, on décide de rattraper notre retard voir même prendre un peu d’avance pour la suite et on conduit de nuit. On suit la route du GPS qui nous indique un itinéraire par Madrid, ce n’est pas celui conseillé mais tant pis on verra du paysage comme ça, l’essentiel étant d’être à Tarifa le mardi matin à 07h30 pour l’embarquement. On roule plusieurs heures et finalement, épuisés et forcés par le brouillard nous nous arrêtons avant Madrid.

Espagne

Espagne

* Lundi 28 décembre :

On reprend donc la route vers Madrid vers 09h30 une fois le brouillard dissipé et nous faisons un crochet par la ville de Cordoba qui se trouve à 300kms de Tarifa. Sur la route, le temps est moche et le paysage guère mieux. En effet, nous traversons la partie pauvre de l’Espagne peuplée de bâtiments à l’abandon et de paysages désolés. On comprend mieux pourquoi les plus célèbres westerns spaghettis ont été tournés en Espagne, on se croirait vraiment au Nouveau Mexique. Cent kilomètres avant Cordoba, nous nous retrouvons derrière une Toyota grise qui roule avec les feux de détresse. Prudemment, nous ralentissons en gardant une distance de sécurité. Bien nous en a pris, deux minutes après la voiture effectue une embardée sur la voie de gauche puis reviens sur le côté droit pour quitter la route. Plus de peur que de mal, puisque le bas-côté était plat et la voiture finit dans un petit buisson quelques dizaines de mètres plus loin et sans trop de dégâts.
On rentre enfin dans Cordoba et nous recherchons un supermarché local pour faire le plein de provisions pour les jours suivants et de vitamines pour le nouvel an :)
A cela s’ajoutent des bricoles auxquelles nous n’avions pas pensé au départ : porte-gobelets, adaptateur pour l’autoradio mp3, lampes frontales …
Direction maintenant Malaga où nous avons pour objectif de nous bâfrer un bon junk food et de prendre un ou deux articles oubliés aux courses précédentes. Cela fait, on se dirige enfin vers Tarifa pour rejoindre les autres équipages dans un camping prévu avant de prendre le bateau tôt le lendemain matin.
Avant d’arriver à Tarifa, on recroise sur la route les deux 205 Rolland Garros avec qui nous avions fait connaissance le jour d’avant. Rebelote, on tombe d’accord pour manger un morceau en ville et dormir dans les voitures en face de l’accès au port pour le lendemain matin. Je me laisse tenter par la soupe andalouse (soupe étrangement mangée froide) puis une assiette de poisson aux gambas accompagnés de frites. Enfin en dessert un gâteau au citron. Il convient de prendre des forces avant d’affronter le Maroc ;)
Après ce copieux repas, les deux autres équipages vont se coucher et nous décidons de ranger de meilleure manière le coffre ainsi que de finir le zébrage de notre titine (enfin !). Pendant ce temps, Batman et Robin arrivent dans leur monstrueuse coccinelle et nous restons discuter avec un des deux copilotes.
Après un échange d’idées et de compliments sur nos voitures respectives, on se couche dans les voitures vu qu’il est déjà 02h30. Je mets le portable à sonner et ne tarde pas à trouver le sommeil.

Espagne

Supermarché

3 réflexions au sujet de « 1ère partie : France et Espagne »

Répondre à Génèral Membouré Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>