3ème partie : Meknes – Erfoud

Voici la 3ème partie qui couvre la journée du mercredi 30 décembre :

Aujourd’hui, le lever à 06h00 est difficile bien que passé dans un vrai lit. Le petit déjeuner se passe la tête dans la tasse. Je m’occupe de prendre les consignes et le road-book de la journée, ainsi que la clé de la chambre pendant que Didi se douche. Ensuite, je fais chauffer la voiture en préparation de l’épreuve à venir qui va se dérouler sous un soleil resplendissant. Je prend donc impatiemment le volant pour ce qui va être ma première épreuve :)
Nous partons en compagnie de l’équipage 165 des deux cousins Pontis, Gaëtan et Jonathan, avec qui nous avons fait connaissance et le courant est tout de suite passé.

Pontis

Après une courte liaison de 27 kms, nous nous présentons sur la ligne de départ.
La première partie de l’épreuve se déroule sur une piste très caillouteuse en forêt parmi de grands conifères. Didi en conducteur expérimenté du 4L Trophy me conseille sur la conduite à adopter ainsi que sur les passages à choisir pour passer le plus facilement.
Je commence à prendre mes marques et nous rattrapons les concurrents partis devant nous. Les voitures les plus lentes laissent passer les plus rapides dans une ambiance très détendue. Après quelques passages difficiles avec de grosses pierres et des trous, nous ressortons de la forêt et de nouveau une partie très humide avec beaucoup de boue.

Boue

Quelques kilomètres plus loin arrive la partie la plus difficile du parcours avec des mares de boues liquides de 30-40cms de profondeur. Au milieu se trouve déjà une voiture embourbée, je choisis donc de passer sur le côté, et je m’aperçois vite de mon erreur. En effet, je suis arrivé dans la partie la plus marécageuse et évidemment, la voiture reste bloquée au milieu.
Je passe donc le volant à Didi et je sors pour mettre les plaques de désembourbage sous les roues. En poussant derrière, la voiture sort au deuxième essai, plus de peur que de mal.
Didi laisse la voiture dans une partie plus sèche 50 mètres plus haut et descend nous aider à sortir la Citroën AX qui est coincée jusqu’à mi-roue.
On place de nouveau les plaques, mais rien à faire la voiture est trop enfoncée. Même en tirant avec la 4L grâce aux sangles de traction, elle ne veux rien savoir. Puis nous vient l’idée de la sortir non tout droit mais à 45° sur le côté en tirant avec les sangles , ce qui devrait lui permettre de trouver une zone plus facile pour accrocher au sol. Bingo, elle sort au deuxième essai !

AX

Bilan, 20 minutes de retard au chrono, j’attaque donc au maximum mais le check point est quelques minutes après, impossible de rattraper le temps perdu à cet endroit.
Cependant, la course n’est pas finie et nous roulons sans encombres avec beaucoup de plaisir tout en nous arrêtant pour aider d’autres équipages.
Au bout de 34 kms, la spéciale est finie, tout le monde s’arrête pour déjeuner et profiter du splendide paysage qui s’offre à nous.

Paysage

Nous sommes remerciés par plusieurs équipages pour l’aide apportée, ce qui nous fait très plaisir :)
Bonne humeur et entraide sont au rendez-vous sur le Students avec la plupart des participants, nous avons choisi le bon rally !
Nous prenons ensuite la direction d’Erfoud en passant par un col de montagne, nous commençons la montée par des petits chemins sinueux mais au bout de quelques kilomètres les organisateurs nous rattrapent pour nous signaler que le terrain est impraticable à cause de la pluie du jour précédent.
Plusieurs équipes sont coincées au niveau du col, nous devons donc faire demi-tour pour passer par une route auxiliaire.
Nous retrouvons une partie des autres équipages à une station désaffectée un peu plus loin. Une Clio qui roule à l’huile de tournesol (écolo !) ne peux pas passer sa 5ème à cause de la protection du carter qui s’est déformée suite à un choc avec une grosse pierre.

Station

Pendant que le conducteur répare, nous allons visiter la vieille station et nous trouvons une épave de 4L première génération avec des poignées et un pare-choc chromés, idéal pour la 4L de 1963 que Didi garde au chaud dans le garage.

R4 première génération

Enfin, nous reprenons de nouveau la route vers Erfoud et nous nous arrêtons un peu avant pour refaire un plein en prévision du lendemain. Des enfants essayent de nous vendre des bijoux mais ils s’enfuient au moment où la police passe derrière eux. Nous arrivons finalement au camping où nous sommes très bien accueillis.
En préparant notre bivouac pour la nuit c’est la grosse désillusion. L’ami Didi n’a récupéré que la moitié de la tente, nous nous retrouvons donc avec seulement la toile intérieure, mais pas de toile extérieure ni d’arceaux … Il nous reste juste le matelas gonflable que j’étais chargé d’emmener.
Qu’à cela ne tienne, nous dormirons à la belle étoile, il faut plutôt bon encore. Vu que nous devons passer deux nuits ici, nous déchargeons une partie de voiture pour gagner en poids.
Et comme nous trouvons que la voiture est assez basse de l’arrière, nous décidons d’aller au camp de mécanique (disponible chaque soir) pour la réhausser de quelques crans. L’outil de réhausse qu’on nous a prêté casse directement, étant fait dans une tige inox, il est trop malléable. Après 30 minutes de galère, nous arrivons à le réparer finalement et nous entamons la procédure de réhausse.
Après 2 heures de travail, la voiture est prête, nous enlevons les chandelles et là horreur !!! Elle est encore plus basse, incompréhensible … C’est donc reparti pour tout refaire jusqu’à 2H du matin pour ne gagner que quelques centimètres au final. Nous nous couchons épuisés sur le matelas gonflable.

Réhausse

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>